Avertir le modérateur

29/12/2009

Cotes de Gascogne

Qu'est-ce qu'un vin de Pays ?

C'est le décret du 13 septembre 1968 qui a donné naissance aux Vins de pays en les distinguant des vins de table.
En 1970, la notion de Vin de Pays est reconnue au niveau communautaire en étant intégrée dans le règlement de l'Organisation Commune de Marché.
En 1979, les règles et conditions de production des Vin de Pays ont été fixées.
On distingue, aujourd'hui, trois types de Vin de Pays:
- les Vins de Pays de région
- les Vins de Pays de département
- les Vins de Pays de zone

Les Vins de Pays représentent, aujourd'hui, un tiers de la production de vins français

Les Côtes de Gascogne

Le Côtes de Gascogne est un Vin de Pays de zone produit dans la zone Armagnac.
Cette dénomination entend le respect de règles de production et de normes rigoureuses, sanctionnées par un agrément qualitatif officiel.
Sa création officielle remonte au 25 janvier 1982 (proclamation du décret spécifique).

 

Histoire d’un terroir

1 600 ans d'histoire...

La Gascogne, terre de convivialité, ne date pas d’aujourd’hui !
Comme en témoigne la mosaïque préservée du temps sur le site de la villa gallo-romaine de Séviac, à Montréal du Gers, le vignoble gascon existait déjà il y a 1 600 ans.
A cette époque, les rivières de l’Adour et de la Baïse représentaient des voies privilégiées pour l’acheminement des vins vers les pays nordiques. La Gascogne, région généreuse et verdoyante nichée aux pieds des Pyrénées et aux portes de l’Atlantique, dédiait déjà presque entièrement ses coteaux et vallons à l’art de la vigne.

 

Aujourd'hui, près des deux tiers du vignoble gersois sont consacrés à la production des Vins de Pays Côtes de Gascogne soit 11 700 hectares.

 

Une terre prédisposée...

 

Les cèpages

- Le Colombard : Ce cépage typiquement gascon apporte aux vins une note fruitée trés particulière, trés puissante et unique aux arômes d'agrumes, de fruit de la passion, de mangue ou d'ananas.

- Ugni-Blanc : Il apporte la note florale, la vivacité et l'équilibre indispensables à un vin. Marié au Colombard, il est l'assemblage fleuron des Côtes de Gascogne blancs.

- Le gros manseng : Ce cépage béarnais vient apporter son précieux grain de sel à l'union Colombard-Ugni Blanc.
Tardif, il produit des vins bien structurés, aux arômes mûrs d'agrumes et d'abricot. Seul, il donne d'excellents vins moelleux

- Chardonnay et Sauvignon : Ces références mondiales s'assemblent à nos cépages locaux pour donner des vins un peu plus charpentés.

- Le tannat : Typiquement gascon, c'est la clef de voûte de l'encépagement rouge et rosé. Sa robe est intense et profonde, presque violacée. Ses arômes sont ceux de fruits rouges, de fruits confits.

- Merlot, Cabernets Franc et Sauvignon : Ces cépages de réputation mondiale se marient trés bien au Tannat. Ils lui apportent leurs arômes complexes et de la rondeur.

 

 Les sols

- La puissance des sols : Le terroir des Vins de Pays Côtes de Gascogne se décline au pluriel.

Le Bas-Armagnac, la Ténarèze et le Haut-Armagnac constituent ensemble un vignoble à la forme d'une feuille de vigne. Ce vignoble représente 15 000 hectares de vignes couvrants trois départements : le Gers,les Landes et le Lot-et-Garonne.

La zone la plus large et la plus orientale est appelée Ténarèze. Les sols y sont à dominante calcaire et argileuse. Ce sont des terres fortes. Les coteaux les plus maigres et les mieux exposés sont le creuset des meilleurs crus rouges. Ceux-ci y sont charpentés, gras, charnus, aux parfums suaves. Les vins blancs qui s’y produisent sont très puissamment aromatiques et développent cette bouche bien structurée, ronde qui, pour l’amateur, est comble de délices.
Le Bas-Armagnac est la zone la plus à l’ouest. Les sols y sont à dominante d’argile évoluée et de sable, voire de sable pur. Royaume de la finesse et de l’élégance, le Bas-Armagnac produit des vins blancs et rouges (peu nombreux) tout en nuances de fleurs printanières, de senteurs du temps des foins.

Dans la zone sud-ouest (le Haut-Armagnac), les rivières qui descendent des Pyrénées toutes proches creusent les vallées , gonflent les coteaux et charrient des graviers. Les vins rouges prennent la force des pentes qui les nourrissent ; ils sont profonds, amples et bouquetés. Les vins blancs y sont remarquablement équilibrés, aromatiques et fins.

La terre gasconne est faite de sables, d'argile et de calcaire. C'est un harmonieux mélange qui donne au vin sa typicité et une grande plénitude.

 

Savoir faire

Tradition et innovation mêlées

Forts d’un terroir prédisposé et des enseignements de deux millénaires de viticulture, les producteurs gersois n’ont toutefois pas oublié de franchir le pas de l’innovation.
La production du Côtes de Gascogne combine ainsi savamment un savoir-faire ancestral et diverses technologies de pointe: une innovation maîtrisée au service de la qualité !

 

 Un cahier des charges rigoureux

Comme tous les Vins de Pays, le Côtes de Gascogne voit ses conditions de production et ses normes définies par un décret général.
Sont ainsi strictement précisés la zone de provenance, les cépages recommandés, le rendement maximum en hectolitres par hectare, les normes analytiques.
Outre ce décret général, le Côtes de Gascogne dépend également du décret spécifique daté du 25 janvier 1982. Ce dernier précise que la dénomination “Côtes de Gascogne” ne peut concerner que des vins issus de vendanges récoltées dans la zone Armagnac. Il rappelle également les cépages autorisés, la manière de les vinifier et de les utiliser, le rendement par hectare de vigne selon qu’il s’agit de vin blanc, rouge ou rosé...

 

Qualité

Une dégustation annuelle rigoureuse...

Tout Vin de Pays subit l’épreuve d’une dégustation qualitative menée par les organismes professionnels agréés.
Le Syndicat des Côtes de Gascogne fait partie de ces organismes, il a pour mission de garantir la qualité de l’ensemble de la production auprès du consommateur.
La dégustation est faite par un collège d’experts placé sous la tutelle de l’ONIVINS (Office National Interprofessionnel des Vins), de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes) et de la DGDDI (Direction Générale des Douanes et des Droits Indirects). A l’issue de cette dégustation et une fois le dossier complet vérifié, l’agrément peut être octroyé par les services de l’Etat : il s’agit d’un agrément accordé cuve par cuve.

Tous les vins qui ne répondent pas aux critères définis sont éliminés de la dénomination. Chaque année, seule la fine fleur de la production “Côtes de Gascogne” est ainsi conservée, afin d’en garantir une qualité constante.

 

Formation à la dégustation

Tous les ans, le Syndicat propose un programme de formation obligatoire pour tout nouveau candidat à la fonction de dégustation en séance d'agrément.
Cette formation porte d'une part, sur les généralités de la dégustation et d'autre part, sur l'apprentissage des "règles" de l'agrément (utilisation de la fiche de dégustation individuelle...)

 

Production 

Profil de la production...

-Dynamique : Avec plus de 830 000 hectolitres agréés chaque année, le Gers est le premier département français producteur de Vin de Pays blanc. Toutes couleurs confondues, il se classe au 5ème rang national des départements producteurs de Vins de Pays.
Les Côtes de Gascogne représentent aujourd'hui un potentiel commercial de plus de 100 millions de bouteilles...

- Atypique : Avec 91% du volume produit en Blanc, 8% de Rouge et 1% de Rosé, le Gers occupe une position atypique dans le Sud-Ouest de la France, zone majoritairement tournée vers la production de vin rouge.

- Super exporté : 75% des volumes commercialisés quittent nos frontières!
Particulièrement prisé par les habitants du nord de l'Europe, le gascogne blanc fait des émules en Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Norvège, Suède... Les Etats-Unis et l'Asie ne sont toutefois pas de reste.
Le Côtes de Gascogne est l'un des vins blancs français les plus exportés dans le monde!

 

 

Côtes de Gascogne blanc :

Le Côte de Gascogne blanc sec, leader de la gamme !

  

gascogne1.jpg Tout en légèreté et vivacité, le Gascogne blanc est à savourer bien frais (8°C) ! D'un tempérament festif et convivial, il est le compagnon de tous vos apéritifs...
A table, vous apprécierez également ses arômes délicats et ses saveurs fruitées en accompagnement d'une entrée, d'un poisson, d'une viande blanche... Et poussez donc la gourmandise jusqu'à l'instant sucré du dessert

 

 

 

 

Côtes de Gascogne blanc moelleux :

gascogne 2.jpgAppréciés pour leur fraîcheur typique, les gascogne moelleux se déclinent sur des notes d'agrumes, de fleurs et de fruits trés murs.
A essayer avec un foie gras du Gers, un dessert aux fruits ou au chocolat ou tout simplement en apéritif...

 

 

 

 

Côtes de Gascogne rouge:

gascogne 3.jpgVous aimerez la teinte soutenue de ce vin de pays généreux.
Son bouquet, sa rondeur, se prêteront au jeu de votre cuisine traditionnelle et gastronomique. En accompagnement de viandes rouges, mets en sauce, magrets confits ou encore de fromages... il tiendra parole tout au long de votre repas !

Un invité-plaisir qui ne se décommande jamais...

 

 

 

 

Côtes de Gascogne rosé :

Fruité et gouleyant, le Gascogne rosé joue la carte du charme et de la convivialité.
Charcuteries et grillades trouveront en lui un allié incontournable, à l'heure des déjeuners en famille et des soirées entre amis ! De même, pourquoi pas, pour vos menus exotiques. Comme le blanc, il s'apprécie bien frais.
 

28/12/2009

Histoire de la gastronomie

HISTOIRE BREVE . . . DE LA GASTRONOMIE

La cuisine de l'époque . . .


Des cuisines du roi


C'est aux alentours de 1350 que l'on trouve le premier traité culinaire en langue française : le Viandier de Taillevent, cuisinier en chef (« queux ») du dauphin puis du duc de Normandie, futur Charles V. Cet ouvrage traite de tous les aliments (c’est le sens de « viandes » jusqu’au XVIe siècle), mais insiste sur les cuissons rôties et bouillies et sur les sauces très épicées.

Dans les potages, Taillevent emploie la cannelle, le gingembre et le safran en accompagnement des volailles et des gibiers.Très souvent à base de farces et de hachis, sa cuisine va perdurer longtemps sur la préparation des menus à la cour des Rois. C'est Catherine de Médicis qui apportera une évolution dans la préparation des mets grâce aux chefs venus de Florence. A partir de ce moment là, on voit apparaître une alimentation enrichie de brocolis, d'artichauts et de légumes. Les âtes sont elles aussi découvertes à ce même moment avec les quenelles et la viande de veau de lait.
Dès 1651, une nouvelle ère vient au jour par le talent de Varenne et de son cuisinier François qui va s'étendre jusqu'à la fin de 1790.
Ainsi, se forme une compagnie de l'"ordre des coteaux", par l'intermédiaire des plus fins palais de France. On voit apparaître également le raffinement des arts de la table, l'ordonnancement des couverts et des porcelaines.

La cuisine moderne . . .


Festin bourgeois

A partir de la Révolution, un changement important s'opère au niveau gastronomique. Par l'intermédiaire des maîtres queues au service des grands aristocrates et des princes, vont naîtrent les "restaurants modernes".. .En 1782, ouverture de la Grande Taverne de Londres rue Richelieu à Paris , un restaurant réputé pour l'époque, avec le talent de Antoine Beauvillier.C'est ici la cuisine dite "bourgeoise" conçue par Menon au milieu du XVIIIième siècle. Ce qui fait naître par la même occasion, une meilleure circulation des produits entre les terroirs provinciaux et leur intégration dans les menus des Grands de cette époque. Artisanat naissant, il devient un art grâce au poème de Joseph Berchoux, juge et amateur culinaire.

Les disciples de la grande cuisine acquièrent le savoir faire et le savoir être des maîtres par des apprentissages efficaces. Le fameux "tour de France" de ces apprentis découvrent la province et leurs spécificités culinaires.

Les ouvrages très sophistiqués d’un Marie-Antoine Carême, cuisinier de Talleyrand avant d’aller servir le tsar, ou le retentissement mondain des créations d’Adolphe Dugléré forment un héritage où l’élaboration de banquets somptueux s’accompagne de recherche et d’une certaine démarche scientifique. Ainsi, parallèlement au faste culinaire, des Français proposent de notables avancées dans le domaine alimentaire pratique, comme Appert qui conçoit les conserves pour les armées napoléoniennes et Chaptal qui rationalise la fermentation du vin.


La langue ne reste pas muette devant ces plaisirs et la littérature s’empare des menus et des recettes pour en faire des textes délicats. Si Alexandre Dumas se consacre à la compilation pittoresque de recettes pour son grand dictionnaire, l’œuvre qui embrasse tous les aspects de la nutrition, de la gourmandise à la chimie et de l’art de recevoir à la sensualité des mets est la célèbre Physiologie du goût de Brillat-Savarin, qui rend hommage à l’invention des hommes et à la prodigalité de la nature. Ce gourmet pour lequel « un festin est un abrégé du monde » marie la recherche de la science et l’ivresse des goûts. En véritable anthropologue, il dresse l’étalage des savoirs que mêle l’art gastronomique et la variété des situations où l’homme, quand il mange, ressent, rêve, élabore ou médite.

Le rayonnement français . . .


Réf film le festin de Babette

Pour accéder à une reconnaissance universelle la cuisine française, profite, au tournant du XXe siècle, de l’effort d’Auguste Escoffier. Ce chef spécialisé dans la restauration hôtelière de luxe, cuisinier de Mac-Mahon, fut aussi un esprit pratique étudiant l’approvisionnement des troupes, la conservation de la tomate ou collaborant à la recette du bouillon « Kub » de Maggi.

Cuisinier des millionnaires, Escoffier est cependant l’inventeur du menu à prix fixe. Sa carrière dans les plus prestigieux palaces de la Riviera, de Paris ou de Londres aux côtés de Ritz (le fondateur du célèbre hôtel), lui assure une notoriété dont il fait profiter les produits français qui voyagent avec lui. Les « dîners d’Épicure » qu’il organise simultanément dans 140 villes des deux mondes présentent à des milliers de convives, les mêmes plats et marquent l’avènement de la grande cuisine française.
Prenant la suite de la ligue des gourmets qu’il anima, la fondation qui porte aujourd’hui son nom organise encore des échanges entre grands chefs français.

À partir des années 1930, la région lyonnaise défend son originalité avec la mère Brasier ou Fernand Point, qui décentraliseront un peu l’excellence à la française. Le labeur et l’attention scrupuleuse portée aux produits de saison sont le socle du génie solide que défend cette cuisine. Fernand Point, la figure sans compromis de l’énergie au service de la grande cuisine, illustre cet appétit de connaissance qui travaille les grandes toques : « Lorsqu ’il est question de cuisine, on doit tout lire, tout voir, tout entendre, tout essayer, tout observer, pour ne retenir à la fin qu’un tout petit peu ».
Prenant sa suite, les frères Troisgros et Chappe vont initier des lignées entières de chefs voués à cette tradition alors que les Bocuse, Guérard ou Senderens défendront dans les années 1970 l’exotisme et l’innovation d’une « nouvelle cuisine ». Aujourd'hui, le terroir connaît toujours le succès, mais la mondialisation est en marche : de grands restaurateurs européens, asiatiques ou américains ont pignon sur rue, la cuisine s'imprègne de nouvelles saveurs étrangères (comme elle l'a fait jadis), tandis que des révolutionnaires inventent une gastronomie excentrique, ludique et colorée.

d'après Réf we

                          Retrouvez des recettes sur http://saveursdespyrenees.20minutes-blogs.fr/

 

Top 50

TOP 50 des VINS LES PLUS CONSOMMES

Les utilisateurs Vinoveritas ont fait une analyse portant sur un pannel de 7159 enregistrements de consommations.
Voici le classement des vins les plus consommés


1. Champagne 4.8 % (341 consommations)
2. Côtes du Rhône 2.0 % (146 consommations)
3. Bordeaux 1.9 % (139 consommations)
4. Haut-Médoc 1.9 % (136 consommations)
5. Alsace Gewürztraminer 1.8 % (127 consommations)
6. Médoc 1.7 % (122 consommations)
7. Coteaux du Languedoc 1.5 % (110 consommations)
8. Alsace Riesling 1.4 % (103 consommations)
9. Saint-Emilion Grand Cru 1.4 % (100 consommations)
10. Margaux 1.2 % (86 consommations)
11. Alsace Pinot gris 1.1 % (82 consommations)
12. Chablis 1.1 % (81 consommations)
13. Saint-Estèphe 1.1 % (78 consommations)
14. Cahors 1.1 % (77 consommations)
15. Pessac-Léognan 1.1 % (77 consommations)
16. Bordeaux Supérieur 1.1 % (76 consommations)
17. Chateauneuf-du-Pape 1.0 % (75 consommations)
18. Vin de Pays des Côtes de Gascogne 1.0 % (75 consommations)
19. Bourgogne 1.0 % (74 consommations)
20. Pauillac 1.0 % (70 consommations)
21. Côtes de Provence 1.0 % (70 consommations)
22. Sancerre 0.9 % (68 consommations)
23. Côtes de Bourg 0.9 % (62 consommations)
24. Graves 0.8 % (60 consommations)
25. Corbières 0.8 % (56 consommations)
26. Crozes-Hermitage 0.8 % (55 consommations)
27. Vin de Pays d'Oc 0.7 % (53 consommations)
28. Anjou 0.7 % (53 consommations)
29. Saumur Champigny 0.7 % (52 consommations)
30. Pouilly-Fumé 0.7 % (52 consommations)
31. Sauternes 0.7 % (52 consommations)
32. Premières Côtes de Blaye 0.7 % (49 consommations)
33. Saint-Joseph 0.7 % (49 consommations)
34. Saint-Emilion 0.7 % (48 consommations)
35. Saint-Julien 0.7 % (47 consommations)
36. Gigondas 0.7 % (47 consommations)
37. Moulis en Médoc 0.6 % (46 consommations)
38. Madiran 0.6 % (43 consommations)
39. Coteaux du Vendômois 0.6 % (42 consommations)
40. Morgon 0.6 % (42 consommations)
41. Coteaux du Layon 0.6 % (41 consommations)
42. Muscadet Sèvre-et-Maine 0.6 % (41 consommations)
43. Côtes du Rhône Villages 0.6 % (41 consommations)
44. Pommard 0.6 % (40 consommations)
45. Côtes du Roussillon 0.6 % (40 consommations)
46. Meursault 0.5 % (39 consommations)
47. Alsace Pinot noir 0.5 % (39 consommations)
48. Santenay 0.5 % (39 consommations)
49. Côtes de Castillon 0.5 % (38 consommations)
50. Pomerol 0.5 % (38 consommations)
Classement sur 12 mois glissants, ou pondéré par la surface de production.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu