Avertir le modérateur

09/06/2009

Miels des Pyrénées

La connaissance et l'utilisation du miel par l'homme remonte aux temps les plus reculés de son histoire et il fait partie indubitablement des aliments les plus anciens de l'humanité

En effet, de nombreuses traces archéologiques (notamment la peinture rupestre de la grotte de
l'araignée près de Valence en Espagne  - datant du mésolithique - qui
témoigne d'une époque où nos ancêtres n'étaient que de simples "cueilleurs" de rayons de miel
d'essaims d'abeilles nichés dans un tronc d'arbre ou une anfractuosité de rocher) ainsi que de
multiples documents historiques de toutes les grandes civilisations passées (Chinoise, Indienne,
Sumérienne, Egyptienne, Grecque, Romaine) permettent d'affirmer que le miel est intimement
associé à la vie de l'Homme depuis plus de 10.000 ans.

abeille.jpg
Aucun autre produit, en dehors peut-être du lait, n'a eu une telle longévité dans l'histoire de l'alimentation humaine. Il n'est donc pas étonnant que cet remarquable "aliment-médicament" jouisse d'un extraordinaire passé dans l'histoire de notre évolution où il a toujours eu valeur de mythe symbolisant la vie et la santé. Les traces écrites de son utilisation alimentaire et médicinale sont tellement nombreuses qu'il nous est impossible de les répertorier ici sans surcharger inutilement le sujet, en vous rappelant seulement cette phrase de la Bible qui décrit la Terrre Promise comme : le pays où coulent le lait et le miel.ruche.jpg

Quelles sont les vertus du miel ?

 

Depuis quelques décennies, de nombreux chercheurs (essentiellement au sein de l'école allemande, française, russe, ainsi que divers médecins anglais et américains) se sont attachés à expérimenter méthodiquement l'ensemble des vertus empiriques du miel accumulées au fil des millénaires, afin d'en dégager les véritables propriétés et déterminer ainsi scientifiquement ce que l'on pouvait en attendre réellement pour notre santé. Ces multiples études et expérimentations (environ 2000 références bibliographiques), qui se poursuivent d'ailleurs toujours actuellement, ont non seulement validé tout ce qui nous avait été transmis, mais encore complété certaines données et trouvé de nouvelles utilisations et applications.

Il en ressort aujourd'hui de façon certaine que le miel est bien doté de nombreuses propriétés diététiques et thérapeutiques comme le résume fort bien l'éminent Professeur Rémy Chauvin dans ces lignes : "A la lumière de ces recherches, il paraît maintenant certain que l'antique tradition ne mentait pas qui affirmait que le miel ne constitue pas seulement un excellent aliment, mais aussi qu'il a une valeur thérapeutique certaine, bien que difficilement explicable dans certains cas."

Comme nous vous l'avons laissé entendre précédemment, il n'existe pas un miel mais de nombreuses variétés de miels :
selon l'origine sécrétoire : miels de nectar ou de miellat ;
selon la couleur : miels clairs et miels foncés ;
selon l'origine mono ou polyflorale : les miels unifloraux étant eux-mêmes classés suivant l'origine
botanique (acacia, bruyère, eucalyptus, lavande, sapin, etc.) et les miels polyfloraux suivant les lieux de
récolte (miels de plaine, de montagne, de forêt, etc.) ou selon la saison de récolte (miels de printemps ou
d'été);
selon l'origine géographique : en rapport avec la flore habituelle d'une région bien déterminée (miel des
Alpes, d'Anjou, de Corse, du Gâtinais, de Provence, des Vosges, etc.).

Chaque miel possède donc, dans le détail, une composition propre qui lui donne ses caractéristiques et des propriétés plus ou moins particulières dont découlent des applications diététiques et thérapeutiques plus ou moins spécifiques. C'est pourquoi, nous vous parlerons d'abord des propriétés communes à toutes les variétés de miel correspondant à une composition analytique moyenne qui caractérise "l'aliment-médicament" miel en général, pour vous donner ensuite la liste des principaux miels unifloraux dont les propriétés et indications plus spécifiques sont admises actuellement par la majorité des auteurs.

1) PROPRIÉTÉS DIÉTÉTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES
COMMUNES A TOUS LES MIELS EN GÉNÉRAL —


Propriétés diététiques :

Le miel est avant tout un aliment naturel riche en sucres simples directement assimilables (se passant
donc de digestion préalable), doué d'un pouvoir sucrant plus important que le sucre blanc (ou roux)
ordinaire composé uniquement de saccharose, tout en ayant un apport calorique moindre, contrairement
à ce que beaucoup de gens pensent. En effet, le pouvoir sucrant du fructose et glucose contenus dans le
miel est en moyenne de 1,3 par rapport à une base de 1 pour le saccharose du sucre de canne ou de
betterave, et 100 g de miel apportent en moyenne 300 calories, alors que 100 g de sucre en apportent
400 !... C'est dire que pour sucrer également quelque chose, où il vous faut 10 g de sucre, il ne vous faut
que 7,5 g de miel, et qu'au lieu d'absorber 40 calories, vous n'en prenez que 22, soit presque la moitié ! C'est
mathématique. Ce seul argument calorique - mais il y en a beaucoup d'autres comme vous le verrez plus loin

- devrait déjà vous convaincre de l'intérêt qu'il y a à remplacer le sucre par du miel.

Cette richesse en fructose et glucose du miel est à l'origine de son importante action dynamogénique
et stimulante du cœur
recherchée par les sportifs et les gens fatigués, ainsi que de sa puissance
calorique qui lui permet de satisfaire aux besoins énergétiques de l'organisme dans des conditions optimales
sous un volume très réduit de nourriture, ce qui est d'un grand intérêt dans tous les cas de perte de l'appétit
(surtout chez les enfants et les personnes âgées) et dans certains régimes alimentaires médicaux (celui de
l'insuffisance rénale par exemple). 

De par sa richesse en éléments biologiques, le miel augmente aussi les capacités du système de
défense immunitaire, renforçant ainsi la résistance de notre terrain dans sa lutte contre les agressions en
général. Richesse qui participe aussi directement à une action non négligeable de complémentarisation
alimentaire palliant de nombreuses micro-carences qui sont sources, à la longue, de troubles maladifs plus
ou moins importants. 

Par ailleurs, le miel favorise l'assimilation du calcium et la rétention du magnésium par l'organisme, deux
minéraux essentiels au bon fonctionnement de notre "usine" biologique, ce qui explique que les enfants qui
bénéficient de miel dans leur alimentation quotidienne se développent beaucoup mieux que ceux qui ont
seulement du sucre blanc, avec notamment une meilleure et plus rapide calcification osseuse et dentaire.
Grâce à ses nombreux enzymes, il facilite également l'assimilation des autres aliments en général, d'où
une meilleure digestion et un meilleur transit intestinal.

Enfin, le miel, tout en ayant un pouvoir sucrant supérieur à celui du saccharose, possède une action
nettement moins nocive que celui-ci dans la genèse des caries dentaires. Argument supplémentaire, s'il en
était encore besoin, pour lui donner la préférence dans le régime alimentaire, notamment des enfants et des
adolescents.

Propriétés thérapeutiques : 

Elles sont nombreuses et nous les avons regroupées - classées par ordre alphabétique - dans le tableau 
ci-après, en vous précisant bien que si chacune de ces actions existe bien pour tous les miels, elles peuvent
toutefois varier en importance selon la variété de miel considéré.

PROPRIÉTÉS THÉRAPEUTIQUES COMMUNES À TOUS LES MIELS

ANTI-ANÉMIQUE

Qui combat l'anémie.

ANTISEPTIQUE

Qui détruit les microbes.

APÉRITIVE

Qui stimule l'appétit.

BÉCHIQUE

Qui calme la toux.

DIGESTIVE

Qui aide à la digestion.

DIURÉTIQUE

Qui augmente la sécrétion de l'urine.

DYNAMOGÉNIQUE

Qui augmente la force et l'énergie.

ÉMOLLIENTE

Qui relâche, détend et amollit les tissus enflammés.

FÉBRIFUGE

Qui combat la fièvre.

LAXATIVE

Qui facilite le transit intestinal

SÉDATIVE

Qui calme.

VICARIANTE

Qui supplée à la déficience.


2) CARACTÉRISTIQUES, PROPRIÉTÉS ET INDICATIONS PLUS SPÉCIFIQUES
DES PRINCIPAUX MIELS UNIFLORAUX —


Il est très rare, dans la nature, de pouvoir récolter un miel 100% unifloral, il s'agit donc toujours de miels en provenance principale de la plante indiquée. Par ailleurs, il va de soi que chacun des miels répertoriés - par ordre alphabétique - dans la liste ci-après possède - en plus de ses propriétés et indications plus spécifiques - toutes les autres communes aux miels en général énumérées plus haut.

 

Miel d'ACACIA

Caractéristiques :
Couleur jaune or clair et transparent.
Consistance pratiquement toujours liquide.
Odeur légère, subtile et délicieuse.
Saveur très douce et relativement neutre.
Miel idéal pour sucrer les boissons froides ou chaudes (particulièrement les biberons du nourrisson).
Propriété plus spécifique :
- Doux régulateur intestinal.
Indication plus particulière :
-
Paresse intestinale chez le nourrisson et le jeune enfant.

 

100_2287.JPGMiel de CHÂTAIGNIER

Caractéristiques :
Couleur ocre jaune foncé. 
Consistance assez épaisse à cristallisation assez fine.
Odeur forte et piquante.
Saveur très relevée peu agréable avec une certaine âcreté et un arrière-goût légèrement amer.
Riche en matières minérales.
Miel très particulier mais qui a ses adeptes.
Propriétés plus spécifiques :
- Anti-anémique.
- Favorise la circulation sanguine.
- Reminéralisant et dynamogénique.
Indications plus particulières :
- Certaines formes d'anémie.
- Maladies circulatoires en général (veineuses et capillaires en particulier).
- États de déminéralisation (particulièrement chez les personnes âgées souffrant d'ostéoporose) et les
asthénies en général (notamment les convalescences médicales ou chirurgicales, ainsi que les états de
fatigue de la sénescence).


100_2286.JPGMiel de ROMARIN

Caractéristiques :
Couleur pâle, presque blanche, parfois très légèrement dorée.
Consistance onctueuse à pâteuse.
Odeur caractéristique assez prononcée et fort agréable.
Saveur douce, délicate et assez neutre.
Miel très estimé, c'est le fameux Miel de Narbonne dont on parlait beaucoup anciennement et que les Romains
considéraient comme le meilleur miel du monde.
Propriétés plus spécifiques :
- Cholérétique et cholagogue.
Indications plus particulières :
- Insuffisances digestives en général et hépato-vésiculaires en particulier.

30/05/2009

L'ortie

ica dioica

Fiche d'identitéortief.jpg

- famille : urticale
- classification : angiospermes
- période de floraison : printemps début automne
- type de fruit : sec (akène)
- biotope : haies, fossés, jardins, décombres, prairies ....
- distribution : très commune jusqu'à 2400 m
- période de végétation : vivace
- taille : 30 à 130 cm.
ortie.gif- utilisations : médicales, culinaires, horticoles

Sa famille

L'ortie fait partie d'une très grande famille, en effet, la famille des urticales possède pas moins de 2200 membres.

Ils sont donc classés en sous famille : Les urticacées : ex : orties
les ceropiacées : ex : grands arbres tel que le Musanga
les cannabinacées : ex : chanvres (cannabis)
les ulmacées : ex : arbre tel que l'Orme
les moracées : ex : murier , figuier

Ses différentes utilisations

culinaires

Ses jeunes pousses étaient autrefois accommodées comme les épinards,100_2272.JPG elles donnent aussi de très 100_2194.JPGbonnes soupes.  En cuisine, elle permet la préparation de sauces, gelée, moutarde ....

horticulture :

En horticulture biologique, l'ortie riche en sels minéraux et oligo-éléments, est utilisée en purin (macération, filtration) qui est efficace en activateur de croissance et aussi, contre les insectes du genre des pucerons comme répulsif

Médicales :

Toutes les parties de l'ortie (semences, feuilles en été, racines en septembre) peuvent être utiles en médecine. Ses propriétés, sont très diverses, anti-inflammatoire, antihémoragique, diurétique, dépurative, stimulante. Ses utilisations, peuvent être à usage interne et externe, en flagellation contre les rhumatismes (pas de commentaires !), en lotion pour les frictions du cuir chevelu et contre la chute des cheveux.... en infusion ou décoction contre les maladies de peau, la jaunisse, les règles abondantes, l'urticaire, les hémorragies, l'anémie.....

 Pour les animaux :
L'ortie est aussi appréciée par de nombreux insectes butineurs, certains y pondent et s'y développent également, comme par exemple le vulcain et le paon du jour, qui sont de superbes papillons diurnes. D'autres s'en servent de garde-manger, comme les coccinelles (avec les pucerons) ou les oiseaux insectivores ( mésange ....). Enfin n'oublions pas les herbivores (cervidés, bétail) qui puisent dans l'ortie de nombreuses vitamines
 

27/05/2009

La cerise noire

 

L’or rouge d’Itxassou

La production de cerises au Pays Basque continental se concentre aujourd’hui dans la province du Labourd à Itxassou et ses alentours. La plupart de ces espèces sont autochtones.


Une tradition sentimentale

L’origine de la culture de la cerise d’Itxassou reste mystérieuse, mais le Saint qui veille sur le village, Saint Fructueux (Jondoni Murtutse en basque), patron du fruit, témoigne de l’ancienneté de la culture du fruit dans la région.fleurcerises.jpg

 

Il existe plusieurs variétés de cerises d’Itxassou, parmi lesquelles domine la xapata. De couleur jaune orangée et plus acide, elle se vend surtout fraîche. La Peloa, rouge foncé si on la laisse mûrir, tient son nom de son introducteur. C’est elle qu’on utilise pour fabriquer la fameuse confiture de cerises noires, tout comme la Beltza (noir en basque).

 

Les cerises noires apparurent en bordure des sentiers d'Itxassou dès le XII° siècle. Au XIX°, elles alimentaient les foyers de Bayonne, avec une production moyenne de 30 tonnes par saison. L’« or rouge » était vendu sur les marchés alentours, à Cambo les Bains au Pas de Roland et le long de la route de Bayonne à Saint Jean Pied de Port.

 

Un revenu complémentaire essentiel

La production de ces cerises constituait pour les agriculteurs locaux un revenu non négligeable. Après avoir été cueillies à la main, les cerises étaient portées à dos d’âne ou sur des traîneaux, dévalant les pentes où étaient plantés les cerisiers.

 

Dans les années 20, on produisait encore quelques 300 tonnes de fruits jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, où la production devint moins importante.

 

Attachement sentimental

Alors qu’elle était sur le point de disparaître, les villageois, très attachés sentimentalement à « leur » fruit ont décidé de relancer sa production.

 

En 1994, une douzaine de producteurs ont ainsi décidé de réintroduire 3000 plans de variétés locales (Peloa, Xapata et Beltza).

 

confiture cerise noire.JPG


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu