Avertir le modérateur

23/02/2010

Domaine Dou Bernès

domaine-dou-bernes.jpgDomaine dou BERNÈS

Ce domaine familial, situé à Aydie dans les Pyrénées Atlantiques, géré de père en fils depuis quatre générations, est un domaine au superbe point de vue et composé de 14 hectares avec 9 hectares de Madiran, 2.5 hectares de Pacherenc et 2.5 hectares de rosé.

Jean-Paul Cazenave effectue un important travail de suivi .. ici... Tout est élaboré en assemblant ingénieusement, terroir, cépage, âge de la vigne, exposition. Des deux hectares de blanc, est issu un pacherenc sec et moelleux, à découvrir. La cuvée haut de gamme est vieillie en fûts de chêne, c’est un vin de garde puissant à offrir à ceux qui savent attendre…(Source le Petit Futé de 2006 )

 

Récompenses :

Concours des Vins du Sud-Ouest 2006 : Médaille de Bronze pour le Madiran rouge Tradition année 2003

Concours Général Agricole de Paris 2007 : Médaille d’Or pour le Madiran AOC 2003 Rouge

Concours Général Agricole de Paris 2006 : Médaille de Bronze pour le Béarn AOC 2005 Rosé

 

Guide Hachette des Vins 2008 & 2009

 

Domaine dou bernès

Élevé en fût de chêne 2005

Vendangés sur un terroir réputé au lieu-dit Rendaou – littéralement rangs pentus –, le tannat (90 %) et le cabernet-sauvignon ont donné naissance à ce vin grenat éclatant. Les notes de torréfaction, de vanille et de menthol héritées de l'élevage en fût se mêlent à celles de fruits macérés, puis une chair douce et souple s'introduit au palais et gagne progressivement en puissance en s'appuyant sur des tanins serrés. Le fruit et la fraîcheur n'en demeurent pas moins, rejoints en finale par d'intenses flaveurs épicées

 

Vins proposés :

25/01/2010

Pacherenc

Le Pacherenc est le vin blanc jumeau du Madiran (il est cultivé sur les mêmes aires de production).

carte-vins-sud-ouest.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Issu de cépages locaux et ancestraux, le petit courbu, le petit et le gros manseng, l'arrufiac et le sauvignon, il est sec pour 1/3 de la production et moelleux pour le reste.
Vendangés de mi octobre à la Saint-Sylvestre, les raisins vinifiés en moelleux sont passerillés (concentration par perte en eau sur pied) et ne présentent pas de pourriture noble contrairement aux vins liquoreux du bordelais par exemple. À la dégustation la sensation de fraîcheur en attaque est très agréable et se transforme peu à peu en sucre ou en miel selon les dates de vendanges.
Arômes de fruits et fleurs blanches sur les premières et deuxièmes tries, fruits secs et miel pour les troisièmes tries.
La température de dégustation se situe entre 8° et 10° pour un blanc sec.

Pacherenc du Vic-Bilh :(AOC)

Le nom original et très ancien de l'appellation Pacherenc du Vic-Bilh vient du gascon "Bi de Bits Pacherads" ou "vin de vigne en échalas" de la région du "Vic-Bilh" ou "vieux pays".

Le vignoble est situé dans les départements du Gers, des Hautes-Pyrénées, et des Pyrénées-Atlantiques.
Cette appellation est sur la même aire que le Madiran, entre le jurançon et le bordeaux.

Elle produit des vins blancs moelleux, voire liquoreux (vendanges tardives).

Les vins secs sous l'appellation Pacherenc du Vic-Bilh Sec. Elles sont réglementées par le décret du 24 avril 2007 (dernière mise à jour)

 

      Appelation :

Le nom même de l'appellation est assez récent, puiqu'il y a une cinquantaine d'années, on parlait parfois de vin de Portet (du nom d'un village voisin de Viella). Lors des comices agricoles de Garlin en 1928, le stand s'intitulait "Pachereng des coteaux de Portet" (sic). Une des premières étiquettes à parler de pacherenc est celle du clos La Perle en 1932.

 

Paul de Cassagnac a écrit que les saveurs de ce vin se livrent sans détour "comme les vierges béarnaises".
C'est la création de l'appellation contrôlée en 1948 à l'initiative du docteur Doléris qui labellisera ce terme.
Le pacherenc n'a réellement progressé qu'après 1980. Ce développement est le fruit de l'implication de tous les acteurs, coopératives et particuliers. Après avoir boudé ce type de vin jusqu'en 1982, la cave de Saint-Mont s'y est lancée résolument depuis; de 200 hl, sa production est passée à 8000 hl aujourd'hui, largement produits à Viella (45 ha). C'est le moment aussi où l'on réactive la très ancienne tradition des vendanges tardives de la Saint-Sylvestre à Viella à laquelle sont consacrés 5 à 6 hectares.
L'arrière-saison très ensoleillée, permet en effet de vendanger tard à pleine maturité (première quinzaine d'octobre en Madiran et jusque fin novembre, voire au-delà pour les pacherencs moelleux). L'histoire ne date pas d'hier. Un édit de 1745 interdisait déjà de récolter le pacherenc, avant le 4 novembre. La vendange s'effectuait durant l'été de la Saint-Martin pour prendre fin le 15 novembre, jour de la Saint Albert et de la foire de Viella.
Le liquoreux des vendanges tardives (de la Saint-Albert au 15 novembre, ou de la Saint-Sylvestre) est fabriqué à partir de raisins passerillés (raisins blettis par le froid et le soleil où se concentrent les sucres mais où l'équilibre du fruit perdure, et notamment l'acidité, contrairement au sauternes).
Les vignes réservées pour ce cru tardif (quatre à cinq hectares) sont protégées des oiseaux par des filets. Les raisins sont très dorés et très sucrés. Certaines années, le raisin peut titrer jusqu'à 19 degrés d'alcool naturel. Une fois vinifié, on obtiendra un vin liquoreux aux arômes mélangés d'épices, de miel et de fruits tropicaux.
Les pacherenc secs préfèrent les collines donnant à l'ouest, un peu moins chaudes, et les moelleux, cueillis à surmaturité, préfèrent les versants exposés au sud.
Depuis quelques années, une grande vente est organisée à l'automne dans le Vic Bilh: les Barriques d'or, manifestation qui connaît un succès croissant et l'intérêt de la presse écrite.

Caractéristiques :

Le pacherenc moelleux, avec son nez de fruits clairs confits (poire, pomme, coing) et d'épices, sa bouche ample et équilibrée, laisse une impression de fraîcheur (bergamote), de bonne persistance.
Il se consomme entre 10 et 12.5°C à l'apéritif, sur foie gras frais ou au naturel (mi-cuit) ou encore escalopé avec des raisins, avec des fromages (des Pyrénées, des bleus) et des desserts (brioche, crème brûlée, glace à la vanille au coulis de framboises).
Le pacherenc du Vic-Bilh et pacherenc du Vic-Bilh sec sont issus des cépages proches de ceux du jurançon : l'arrufiac (finesse et élégance), le petit manseng (arômes fruités et floraux dont le degré alcoolique peut atteindre 17 à 19° avec des concentrations aromatiques très riches indispensables pour les moelleux), le gros manseng ( vivacité et charpente) et le Petit courbu (rondeur) .
Les secs possèdent de beaux arômes floraux, d'agrumes, de fruits secs. Le moelleux de vendange tardive a des arômes de nèfles et de fruits confits. Le pacherenc du Vic-Bilh sec se consomme dans sa jeunesse tandis que le moelleux se bonifie avec l'âge. Tout comme les "grands crus" du madiran, ceux du pacherenc moelleux peuvent facilement dépasser 10 ans d'âge

   Exemples : 100_2998.JPG

Madiran

vendenges madiran.jpgLe vignoble de Madiran (de la ville du même nom) est classé AOC depuis 1948. Sa zone de production chevauche trois départements : le Gers, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques.
Contrairement à certaines légendes, le vignoble de Madiran n'a pas été créé par des Bourguignons.
Il est toutefois très ancien. À l'époque gallo-romaine, les vignes sont très présentes et le vin également, comme en témoignent les vestiges locaux de l'époque, notamment la mosaïque de Taron qui représente une vigne. Le commerce du vin est également florissant mais demeure surtout local.
La véritable structuration du vignoble débute avec la fondation du monastère de Madiran en 1030. Des moines de l'abbaye de Marcillac-sur-Célé (Lot) s'installent et dédient un monastère à Marie.

Très vite, la renommée du vin de Madiran sera assurée par les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle empruntant la voie Aire-sur-Adour-Lescar, passant par Saint-Mont et Madiran. Il est donc devenu naturellement un vin des pèlerins et un vin de messe.
La légende veut que l'occupation du Béarn par le Prince Noir, qui devint en 1360 le Prince d'Aquitaine, permît aux Anglais de découvrir le vin de Madiran.
Certains le croient alors largement exporté en Angleterre, mais il semble qu'il ait en réalité plutôt été l'objet d'un commerce intense avec les vallées pyrénéennes.carte-vins-sud-ouest.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les crises du XVIIIe siècle et du XIXe siècle vont freiner son essor. Avec le phylloxera, c'est la quasi disparition du vignoble. Par la suite, les vignerons replantent, sélectionnent les meilleurs terrains et se regroupent en un syndicat en 1906 et obtiennent la première délimitation du terroir Madiran en 1909.

Le 10 juillet 1948, les vins de Madiran et Pacherenc du Vic-Bilh accèdent au rang des AOC. Et ce, grâce à Bernard Nabonne, éminent écrivain de la région et également président du syndicat des viticulteurs. Ils sont les premiers en France à s'imposer le contrôle de la qualité, par la délivrance d'un label (après analyse, dégustation et un vieillissement à l'époque de trente-trois mois).

C'est un vin rouge de couleur rubis sombre fortement charpenté et extrêmement tannique, dont la personnalité provient d'un cépage plutôt rare et difficile à apprivoiser dit-on, le Tannat (40 à 100%), souvent assagi par du Cabernet franc, du Cabernet Sauvignon et duFer Servadou (ou Pinenc), un autre cépage régional.


Sa fougue tannique est si intense que le Madiran est le seul vin qui ne peut être commercialisé sans avoir préalablement passé au minimum 12 mois en cave.
Du fait de ses caractéristiques uniques, le Madiran est un vin qui, simple vin de table ou grand vin de cave, n'est jamais acide au goût.

 

 

 

Le Madiran accompagne tous les plats y compris des plats un peu épicés. On le sert généralement à température ambiante (entre 14°C et 16°C l'excès de chaleur faisant ressortir l'alcool et les tannins), il peut-être utile de le passer en carafe une heure ou plus avant de le déguster (selon millésimes et la catégorie). Il existe trois grands types de Madiran : les tendances sur le fruit et pouvant être consommés jeunes, les traditions le plus souvent élevés en cuves avec très peu de « boisé » et les cuvées à forte proportion de tannat, sélections de parcelles et élevage plus long en barrique.

Plus 1 380 ha sont aujourd'hui déclarés en Madiran, la production totale est de l'ordre de 60 000 hl par an.

 bout_torus_madiran.jpgExemple de Madiran :

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu