Avertir le modérateur

13/12/2009

La légende de Pyrène

Il existe plusieurs légendes concernant les Pyrénées. Nous vous en livrons deux, à vous de choisir celle qui vous plait !pyrene.jpg

1ère version :

Rien n'est plus agréable que le début de l'été. L'air y est frais et les orages encore lointains, les forêts profondes et secrètes, les torrents vifs. Pyrène, une jolie jeune fille blonde, était assise sur le seuil de sa maison et filait paisiblement sa quenouille. Elle rêvait comme toutes les autres jeunes filles de son âge. Son rêve avait en cet instant la forme d'un jeune homme aux traits doux, à l'air hardi.
"Où es-tu donc ?" murmurait-elle.
Mais il n'y avait que les animaux de la basse-cour et ses parents pour l'entendre.
"Il ne faut pas parler toute seule, cela attire les esprits" dit son père d'un air bougon.
Pyrène aurait voulu sourire. C'était justement ce quelle désirait. Mais elle n'en eut pas le temps. Elle poussa un cri de surprise. Il y avait devant elle un jeune homme aux traits doux et hardis à la fois, au regard vif et aux abondants cheveux bruns.
"Qui es-tu ?" murmura enfin la jeune fille.
"Je suis Hercule" dit l'homme.
"Hercule..."
Mais elle ne put en dire plus. Son père était debout sur le seuil de la porte.
"Je ne fais que passer,  j'ai très soif. Je suis allé capturer les boeufs à Cornes d'or et je retourne chez moi." dit Hercule.
Pyrène lui versa à boire et écouta le jeune homme parler. Il revenait tout simplement de l'extrémité du monde connu. Il marchait depuis longtemps vers l'est où était son pays. Pyrène regardait Hercule avec des yeux brillants. Le jeune homme comprit ce langage et revint à la nuit tombante près de la maison. Là, les jeunes gens se parlèrent plus longuement encore et à voix basse.
"J'aimerais tant que tu restes ici. Que tu deviennes berger. Nous aurions le plus beau troupeau du pays." dit Pyrène.
"Oui, le soir, tu entendras mon appel quand je regrouperai le troupeau. Tu sauras alors que je ne tarderai plus.". répondit sincèrement Hercule. Elle se voyait filant la laine sous le vieil ormeau ou auprès de la fontaine. Il se voyait berger veillant sur ses moutons et les protégeant des ours et des loups.

Tout l'été ils se rencontrèrent ainsi au plus secret de la forêt. Parfois, quand il faisait trop chaud, ils allaient se baigner dans le torrent. Nul ne connaissait leur amour, tant ils se satisfaisaient de leurs longues et tendres rencontres. Hercule n'allait plus sur les chemins et Pyrène revenait chaque soir avec des paniers remplis de fraises, de mûres ou de myrtilles. Mais le temps de ces amours allait prendre fin. Les orages de plus en plus violents annonçaient l'automne.
"J'irai trouver tes parents, et l'on se mariera." dit Hercule. Cela ne semblait pas faire le moindre doute.

L'automne arriva et aussi le dernier jour passé dans la forêt. Hercule attendait Pyrène assis sur un rocher et respirant les mille odeurs d'herbe et de feuilles. Pyrène n'allait pas tarder. Ils sortiraient ensuite de la forêt pour rejoindre le village. Hercule était heureux. Lui qui n'avait été qu'un vagabond, allait désormais se poser. Et ce pays - il en avait vu tant - lui plaisait réellement beaucoup. Soudain, Hercule entendit dans le ciel l'appel des oies sauvages. Il reconnut aussitôt leurs cris profonds. Il sut qu'elles retournaient vers son pays. En lui tout se bouleversa. C'est un présage, se dit-il. Il faut que je parte. Il se leva et partit aussitôt vers l'est, pris brusquement par la migration. Il courut d'abord, puis marcha très vite, s'éloignant rapidement de la forêt et de Pyrène.

Comme à son habitude, Pyrène, le coeur léger, alla près des rochers pour retrouver Hercule. Elle était aujourd'hui encore plus heureuse. Elle allait lui annoncer qu'elle attendait un enfant. Arrivée, elle appela Hercule mais nul ne lui répondit. Les oiseaux eux-mêmes faisaient silence autour d'elle. Alors elle comprit tout : Hercule était parti. La plus terrible tristesse s'abattit sur la jeune fille. Elle n'hésita pas. Elle courut vers l'est sans plus attendre, à perdre haleine, traversant les fourrés de ronces, grimpant aux flancs arides des collines, pataugeant dans les étangs, ne s'arrêtant que pour boire et pour pleurer. Quand elle comprit qu'elle ne rattraperait jamais Hercule, elle se coucha sur l'herbe et poussa un immense cri de tristesse. Alors les loups affamés arrivèrent de toutes parts. Pyrène lutta quelque temps, espérant encore que Hercule vienne la sauver. Mais il n'y avait plus d'espoir. Alors elle lâcha son bâton, poussant un cri encore plus fort que les autres. Les loups se jetèrent sur elle.

Hercule au loin entendit ce cri. Il n'hésita pas. Il revint, courant encore plus vite sachant que Pyrène était en danger. Mais lorsqu'il arriva, il n'y avait plus sur le sol que quelques os blanchis. Fou de douleur il s'attaqua aux rochers, les remua et les jeta sur les loups qui s'enfuyaient. Ensuite il déposa les restes de la jeune fille sur une literie de fleurs et de feuilles. Puis il empila de gros blocs de pierre en guise de tombeau. Tant que dura sa tristesse il amassa ainsi les rochers créant une haute montagne. Avant de partir, il mit le feu. Tout brûla : forêts, bois, prairies. Des marins grecs passant au large nommèrent la montagne de feu en leur langage.

Michel Cosem

 

2ème version :

La légende de Pyrène Après la création de la terre, à l'aube des temps, vivait dans une contrée de hautes montagnes et de profondes vallées une peuplade appelée Bekrydes. Leur souverain, Bebryx, avait établi sa cour dans la plus vaste grotte connue des hommes : Lombrives. Sa fille, belle, jeune et douce, prénommée Pyrène, était courtisée par tous les rois et seigneurs des environs. Mais en vain !

Géryon regnait sur l' Erythie, contrée d'Espagne, voisine de l'océan. Sa seule société constituait en un troupeau de boeufs rouges, féroces, gardés par un molosse à deux tetes et un dragon à sept gueules. Il s'agissait évidement pour Hercule de s'emparer des boeufs et de les joindre aux trophées qu'il avait déjà ramenés à Mycénes. Armé de son énorme massue et l'épaule recouverte de la peau du Lion de Némée, il suivit les côtes de l'Afrique et parvint au détroit qui les sépare de l'Europe. Avant de passer sur l'autre continent, deux monolithes, un sur chaque rive, sont élevés par ses soins, comme souvenir. De son nom, ils s'appelleront les Colonnes d'Hercule.

Ce jeune et bel homme arriva au pays des Bebrydes. Il fit la connaissance de Pyrène, et fréquemment ils se retrouvèrent. Par une chaude nuit d'été dans la pénombre étoilée, au milieu de senteurs de mille fleurs, leur deux corps d'adolescents vécurent frénétiquement le même instant. Quelques temps après, Hercule se décida a s'absenter pour le rapt du bétail du roi Géryon. Pyrène restait bien seule tandis que sa taille portait la trace de ces fols amours ... Aussi eut-elle peur de se montrer face à tous, face à son père le roi Bebryx, d'affronter la colère du souverain offensé. C'est pourquoi elle décida de fuir loin du royaume des Bebrydes.

Au cours de son chemin, un ours, un terrible ours brun s'approcha d'elle, la griffa, la terrassa, déchira son visage et son corps. Pyrène, de douleur hurla. Hercule qui entendit l'écho d'une voix agonisante, laissa tomber ses outils et ses travaux et, d'un bond, par dessus cimes et torrents, accourut pour recueillir dans ses bras, sa bien aimée, morte. Au coeur de l'endroit le plus grandiose de l'immense grotte de Lombrives, dans une salle ornée de roches dorées, eut lieu une grande cérémonie en présence de tous les hauts dignitaires du royaume des Bekrydes. Hercule lentement prononça ces quelques mots d'adieu : Afin que ton nom, ma chère Pyrène, soit conservé à jamais par les hommes qui peupleront cette terre, ces montagnes dans lesquelles tu dors pour l'éternité, s'appelleront dorénavant : Les Pyrénées.

 

 

 

10:46 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pyrénées, légende

31/05/2009

Citations

CITATIONS GASTRONOMIQUES


A bon rôt, bon rot.

Au poker, un carré d'agneau n'a jamais battu un carré d'as.

Avarice et gourmandise sont deux péchés capitaux incompatibles, preuve que l'homme n'est jamais totalement mauvais.

Bizarre! On n'entend jamais le lapin crier lorsque la moutarde lui monte au nez.

Ce n'est pas parce que les chefs sont grands qu'ils ont des hauts fourneaux.

Ce n'est pas parce qu'il y a de la friture sur la ligne que le wagon-restaurant ne sert que du poisson.

Ce n'est pas parce qu'ils se cuisinent avant de se mettre à table que les lapins sont tous des coupables.

Celui qui garde les oreilles grandes ouvertes pour ne pas en perdre une miette, ferait mieux au contraire de fermer la bouche.

C'est aux portes du palais que le couscous devient royal.

C'est connu ! il y a incompatibilité entre les grands crus et les grosses cuites.

Chaque 20 mars habille le rouleau à pâtisserie en rouleau de printemps.

Comme l'avocat, le vin a de la robe. Cela plaide en sa faveur.

Comme l'avocat, le vin a de la robe. C'est ce qui plaide en sa faveur.

Contrairement à l'idée reçue, il n'est pas besoin d'attacher la crème avant de la fouetter.

De tous les arts, l'art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme. (Pierre Dac)

De toutes les crèmes, c'est surtout la fouettée qui n'a pas de marques.

Dévorer des yeux n'est pas l'apanage du cannibale édenté.

Dire que l'appétit vient en mangeant n'est qu'une excuse pour celui qui ne résiste pas à se resservir.

Du fond de la cocotte, le lièvre jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus. (d'après La Fontaine)

e ne mange pas d’huîtres. Je veux que mes aliments soient morts. Ni malades, ni blessés... morts.(Woody Allen)

En fait de goût, chacun doit mettre le couvert chez soi.(d'après Voltaire)

En mets, je lui fait ce qui lui plait. (une cuisinière dévouée)

Entre juillet et août, le boire est de bon goût. (dicton populaire)

Est ce que le petit salé une fois devenu grand pourra échanger ses lentilles contre de vraies lunettes?

Est-ce parce qu'il pleut tant en Normandie que les trous normands sont à ce point arrosés ?

Et dites moi pourquoi les trous du gruyère ne s'échappent pas vers le haut comme les bulles du champagne ?

Et qu'est ce qui me prouve que les saveurs retrouvées sont les mêmes que les saveurs perdues?

Etre végétarien, c'est tout simplement refuser de manger celui qui mange de la verdure. Connivence oblige !

Faire une galette, ce n'est pas de la tarte, me disait un pâtissier.

Faut-il que le cochon manque à ce point de tact pour mettre sans cesse ses pieds dans le plat!

Il est sûr que si les choux étaient un peu moins gras, les vaches seraient un peu moins maigres.

Il n'y a pas d'amour plus sincère que l'amour de la bonne chère. (G.B.Shaw)

Inutile de parler la bouche pleine car, de toute façon, ventre creux n'a pas d'oreille.

.J’espère que le fumet ne vous dérange pas dira un gourmet courtois.

Je préfère souvent me nourrir d'illusions plutôt que d'avoir l'illusion de bien me nourrir.

Je suis mauvaise cuisinière, je ne beurre même pas mes tartines. (K. Cebrian)

Je suis tellement gourmand que lorsqu'il y en a pour un, il n'y en a certainement pas pour deux.

La bûche de Noël est en gâteau pour que le Père Noël ne se brûle pas les fesses en descendant dans la cheminée.

La conversation est l'ennemie du bon vin et de la bonne chère. (Alfred Hitchcock)

La cuisine diététique donne aux poules, la cuisse légère.

La cuisine est probablement le seul endroit où l'heure du goûter précède celle du déjeuner.

La force de caractère, c'est savoir ne manger qu'une seule cacahouète salée. (proverbe apéritif)

La gastronomie a été inventée pour rendre le péché de chair pardonnable.

La nourriture joue un rôle important dans n'importe quel régime. (Fran Lebowitz)

La parité sera parfaite lorsqu'on verra la gourmette se mettre à table et le gourmet, au poignet.

La poularde est de Bresse, le poulet, de Grain, la poule, de Luxe. Chaque gallinacé revendique ses origines.

La poule qui voit tous ses fils partir pour une fin certaine n'a pas de la cuisine, le même avis que nous.

La table est comme le ventre d'une mère, on en sort nourri, sans jamais y être entré.

La vitesse tue! Il n'y a qu'à voir dans quel état on retrouve l'orange pressée.

L'aïoli a au moins une vertu, celle d'éloigner les mouches. (Marcel Pagnol)

L'andouille aimerait qu'un jour, un jour seulement, on arrête de la traiter d'andouille.

Le bouchon, tu ne pousseras pas trop loin. (premier commandement du sommelier)

Le chef discret est celui qui régalera sa clientèle sans en faire tout un plat.

Le chef du Café de la Paix va-t-il devoir rayer le lapin chasseur et la bombe glacée de sa carte ?

Le cochon qui sommeille en chaque homme, ne fait pas forcément de lui un homme de l'art.

Le compromis, c'est comme couper un gâteau et faire croire à chacun que sa part est la plus grosse.

Le pâté «maison», on en fait rapidement le tour.

Le pâtissier est un homme courageux, jamais il ne refuse de mettre la main à la pâte.

Le poulet est-il encore un oiseau une fois qu'on a mangé son aile?

Le premier oeuf se sentait seul, alors il inventa la poule pour qu'elle lui fabrique un petit frère. (d'après Samuel Butler)

Le restaurant reste un des seuls endroits où il est encore possible de passer au rouge sans être verbalisé.

Le veau est probablement le seul animal dont la tête soit mise à prix.

Les grands chefs ne meurent jamais, ils ont juste un nombre infini d'étoiles.

L'hermaphrodisme chez les couverts permet d'expliquer la naissance des petites cuillers.

Livre de cuisine ne fera pas réussite du plat car jamais n'y trouveras recette du succès.

L'oignon s'excuse auprès des femmes et les assure que s'il les fait pleurer, c'est vraiment malgré lui.

Manger au menu permet de bien casser la croûte sans se casser la tête ni trop casser sa tirelire.

Manger de la soupe fait grandir. La preuve ! la cuiller à soupe est plus grande que la cuiller à café.

Ne pouvant être au four et au moulin, le meunier dort quand sa femme cuisine.

Nous sommes tous mortels jusqu'au premier baiser et au second verre de vin.(Eduardo Galwano)

On commence par s'abstenir, on finit par l'abstinence.

On commence un repas avec une assiette vide. On finit pareil.(devise du gourmand)

On mange énormément de chocolat à Pâques; c'est en effet le jour idéal pour ne pas avoir de crise de foi.

On n'a pas le droit de parier une ''bonne bouffe'' car chacun sait qu'il est interdit de jouer avec la nourriture.

On ne mélange pas les torchons et les serviettes sauf si, bien sûr, le linge de table vient à manquer.

On parle de plat de résistance parce que manger est une occupation à part entière.

On peut se demander ce qui est le plus nourrissant : dévorer des yeux ou manger à l'oeil.

On voit parfois l'homme tuer pour manger, jamais pour boire. (d'après Woody Allen)

Petit appétit, l'oiseau fait du riz. (dicton absurde)

Peut-on faire des vols au vent pendant les jours sans vent ?

Plus on est de folles, plus on rit. (proverbe de vaches)

Poepeye aime Olive parce que tout marin préfère une mer d'huile.(d'après Elzie C. Segar)

Pour 2004, il faut souhaiter plus de bon sens afin que le grand dépendeur d'andouilles ait moins de travail.

Pour être bon, le poisson doit nager trois fois : dans l'eau, dans le beurre et dans le vin.

Pour être bon, un amuse-gueule n'a aucun besoin d'être drôle!

Pour la journée de la femme, éteignez la cuisinière et allez au restaurant.

Pour le verre du condamné du poisson, versez du vin blanc dans le court bouillon.

Pour le vrai cuisinier, la farce n'est certainement pas une plaisanterie.

Pour lutter contre l'alcool au volant, arrêtons de parler de bouchons et de journées classées "rouge" !

Pour se faire pardonner de n'être pas venu à la crèche avec l'âne et le boeuf, le cochon a baptisé l'un de ses enfants : jésus.
Pourquoi boire de l'eau dans un bon restaurant puisqu'elle monte naturellement à la bouche?

Pourquoi n'attend-on pas le 1er avril pour faire la farce de la dinde de Noël ?

Prenez garde ! Le poisson d'avril n'est frais qu'un seul jour.

Que la terrine soit beurrée ne signifie pas que la terrine soit ronde.

.Quand il tonne en février, monte ta cave au grenier". (dicton populaire véritable mais renversant

Qu'elle soit produite en mars, août ou novembre, il est étonnant de constater que l'huile est toujours du signe de la vierge.

Qui demande une petite à mie chez le boulanger, se voit présenter une brioche.

Qui mange à la fortune du pot boit à celle du vigneron.

Qui nous dira un jour où partent les oignons avant qu'on les fasse revenir ?

Qui se gave en novembre, souffre du foie en décembre. (dicton palmipède)

Qui vole un oeuf à Pâques devra attendre Noël pour voler un boeuf. (proverbe)

Quoiqu'il m'en coûte, je goûte la vielle goutte au goutte à goutte.

Qu'on puisse boire sans soif ou manger sans faim prouve que nécessité ne fait pas toujours loi.

Repas : tranche de vie qui démarre par des plats et finit avec des reliefs.

Rien ne vaut un petit plat pour combler un petit creux.

Sauce qui peut la mie. (dicton cinéphile)

Saveur (n.f) : question posée au savoir de la langue.

Si la frisée est bien préparée, tu ne trouveras jamais un bigoudi dans ton assiette.

Si l'appétit vient en mangeant, ce n'est pas la soif mais l'ivresse qui vient en buvant.

Si on lui donne une tarte sur la joue droite, le gourmand tendra la joue gauche. (proverbe évangélique).

Si on préfère être douze plutôt que treize à table, c'est simplement parce que ça fait une portion de plus.

Si quelqu'un peut me dire où est le restaurant l'Oeil, on m'a dit qu'on y mange pour pas cher.

Si tu as deux miches de pain, vends en une et achète une fleur. (proverbe chinois)

Si tu me fais du plat, je te renvoie en cuisine.

Si vous voulez bien manger en Angleterre, prenez trois petits déjeuners. (Somerset Maugham)

Soirée chez Mr et Mme Poêle. Ambiance torride garantie.

Tant va le pot au feu qu'à la fin il s'encrasse.

Tel dindon, tel dindonneau. Tel jambon, tel jambonneau. Tel père, tel fils. (déclinaison stupide)

Ton simple pain sera toujours meilleur que le pilaf de ton voisin.(proverbe azéri)

Tout laisse à penser que l'escargot salive à l'idée de manger une bonne salade.

Tout repas commencé avec une assiette vide doit se finir pareil. (devise du gourmand)

Tu pourras vraiment dire que le boeuf est tendre le jour où il t'aura pris dans ses bras.

Un cochon de lait, c'est l'enfance de lard.

Un conseil : évitez de faire du plat à une femme, elle risque de le renvoyer en cuisine.

Un pain perdu n'est pas perdu pour tout le monde

Un poisson d'avril en papillotes ne fera pas forcément rire vos invités.

Un régime, c'est quitte ou (gras) double.

Vins de septembre
font les femmes s'étendre. (dicton populaire)

Votre mari vous quitte, faites revenir une sauce, il restera. (proverbe letton)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu