Avertir le modérateur

17/10/2010

Récolte 2010 dans le Jurançon

Publié le : 30.09.2010

Début de vendanges optimistes en Jurançon

Même si la prudence reste de mise, les vendanges qui ont débuté le 27 septembre, chez les coopérateurs de la cave coopérative de Gan, semblent annoncer une excellent millésime.

Sur les sept cents hectares de vignes traités par la cave coopérative de Gan, les vendanges qui débutent pour les terroirs précoces vont s’étaler sur près de deux mois. © Le Sillon

Lundi 27 septembre, à Aubertin, en plein cœur du Béarn. Sous un soleil radieux et avec la chaîne des Pyrénées en toile de fond, les premiers coups de sécateurs sont donnés dans les vignes du château de Navailles, propriété de la cave coopérative de Jurançon. C’est le début des vendanges 2010 pour les 230 coopérateurs. Une quarantaine de saisonniers encadrée par une équipe de la coopérative s’affaire dans ce décor paradisiaque. « Il s’agit aujourd’hui de réaliser la première trie sur le cépage gros Manseng, explique Thierry Foncier, le technicien de la coopérative. Cela consiste à récolter près de la moitié des grappes afin d’aérer la vigne ».
Le produit de cette première récolte va donner un Jurançon sec, pas trop alcoolisé, mais qui sera marqué par un goût fruité prononcé. Ce vin représente environ un tiers de la production de la coopérative. Les grappes qui sont conservées sur la vigne vont bénéficier, quant à elles, d’un meilleur ensoleillement et d’un regain de sève dans le pied de vigne.
Conditions climatiques idéales
Afin de faciliter la manipulation des grappes, mais aussi de leur assurer une plus grande aération, la partie inférieure du feuillage a déjà été préalablement éclaircie. L’objectif de toutes ces démarches est de protéger les raisins de l’humidité qui pourrait provoquer l’apparition de moisissures, préjudiciables à la qualité du vin. « Les grappes qui restent vont profiter aussi de l’effet de Foehn qui souffle ici à partir de la mi-octobre, rajoute Thierry Foncier. C’est une des particularités de notre vignoble ». Il devrait en résulter un passerillage (effet de déshydratation) des baies qui assurera la production d’un vin moelleux de grande qualité.
Sur les sept cents hectares de vignes traités par la cave coopérative, les vendanges qui débutent pour les terroirs précoces vont s’étaler sur près de deux mois. « Cela aussi constitue une particularité du vignoble… L’idée est de vendanger lorsque le raisin est à bonne maturité », poursuit le technicien. Même si l’état actuel de la vigne semble augurer un excellent millésime, les semaines à venir s’annoncent donc cruciales. « Nous disposons aujourd’hui d’un très bon potentiel, mais il faut être prudent, car la période de récolte reste déterminante », nuance Henri Estreboou, président de la cave coopérative. Celui-ci entend tout de même rester confiant, « pour l’instant tout est réuni pour avoir un très bon millésime ».
Il est vrai que les conditions climatiques de l’année 2010 ont été, pour l’heure, particulièrement favorables à la vigne dans notre région. L’hiver long et froid s’est avéré bénéfique pour les réserves de la plante, alors que le printemps humide a contribué à une belle sortie. Par la suite, l’été chaud et ensoleillé a favorisé la floraison.
Dernièrement, les pluies du mois de septembre ont permis une régénération du feuillage et une relance de son activité avant d’aborder la phase de maturation du raisin. De plus, les températures nocturnes fraîches de ces derniers jours ont assuré des conditions optimales à la vigne. Grâce à l’ensemble de ces conditions climatiques, la qualité sanitaire des baies est également au rendez-vous. « Ces conditions ont permis d’avoir aujourd’hui une excellent rapport entre la qualité des raisins et leurs quantités », confirme Pierre Pommé, le chef de culture. Après trois années marquées par une production réduite, en raison notamment d’épisodes de grêle, les dirigeants de la cave coopérative de Jurançon espèrent que ce millésime 2010 va permettre de corriger la situation.
En effet, de bonnes vendanges, permettraient à la structure de reconstituer des stocks, fortement amputés au cours des dernières années et qui représentent aujourd’hui moins d’une année de commercialisation. « Nous sommes totalement tributaires des volumes de production, confirme le directeur commercial, Bertrand Pédeflous. Nous espérons donc profiter d’un effet millésime ».
Dans les vignes adossées à la colline, où résonnent les bruits fermes des sécateurs, l’heure est donc à l’optimisme. Si le temps le permet, la cave coopérative pourra même, dans quelques semaines, procéder aux fameuses vendanges tardives. Cette récolte réalisée durant les mois de novembre et décembre permet la production de vins puissants, grâce au phénomène de concentration en sucre. Cette démarche fait aujourd’hui l’objet d’une appellation à part entière pour la coopérative.
Fabien Brèthes

 

Une semaine plus tôt à Bellocq Depuis le 1er octobre 2000, la coopérative vinicole de Bellocq a été reprise par la cave coopérative de Gan. « Il s’agit encore pour nous d’une appellation en reconstruction », témoigne le responsable commercial Bertrand Pédeflous. Les vendanges y ont débuté une semaine plus tôt que celles de Jurançon. Dès le 20 septembre, les vignerons ont commencé la récolte des Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Tannat, qui composent cette production. Ces cépages vont servir à l’élaboration des appellations rouge et rosé du Béarn, bénéficiant d’une appellation d’origine contrôlée (AOC).
Ce vignoble de 150 hectares regroupe près de 70 coopérateurs, pour une production totale avoisinant les 8.000 hectolitres. Comme pour le Jurançon, le début des vendanges laisse augurer un excellent millésime. « Même s’il reste encore du travail pour gagner de nouveaux consommateurs, nous restons très optimistes », confie le responsable commercial. La démarche entreprise il y a près de dix ans « porte aujourd’hui ses fruits, d’autant que le consommateur revient un petit peu vers ce genre de produit ».

23/04/2010

Domaine Cahaupé Ballet d'Octobre

Domaine cahaupé.gifDomaine Cahaupé

Niché au coeur du Jurançon, entre Pyrénées et Atlantique, le vignoble s'étend sur 40 hectares de coteaux, généreusement exposés sud-est.
Le climat caractéristique de la région, allie rigueur montagnarde et douceur océane. Conjugué à la qualité du terroir, précieux mélange d'argile, de silice et de galets, il permet d'exprimer ici la quintessence des cépages nobles du jurançon: le gros et le petit manseng.


chai cahaupe.jpgAu domaine Cauhapé, ils sont constamment à l'écoute de la nature pour mieux célébrer sa générosité.

Les parcelles de gros manseng sont principalement réservées à l'élaboration de vins blancs secs que vous apprécierez pour leur fraîcheur et la richesse de leurs arômes.
Avec le petit manseng, récolté par tris successifs, naissent de grands vins blancs moelleux qui évoquent les fruits confits, le rôti, le miel..., l'expression même du passerillage.
Quand la nature oeuvre pour nous, il arrive de la laisser s'exprimer jusqu'aux premiers frimas de l'hiver pour que la vigne nous offre ses dernières grappes gaufrées par le gel et le temps.

 

Quand la vigne nous offre ses dernières grappes gaufrées par le gel et le temps, elles sont alors délicatement cueillies, amoureusement vinifiées, puis patiemment élevées en fûts de chêne.

     Ansi s'épanouissent "Noblesse du Temps", "Quintessence du Petit Manseng" et parfois même "Folie de Janvier" ! Belles illustrations d'une osmose entre la tradition du terroir, la modernité maîtrisée et la sensibilité des hommes.

 

JURANCON MOELLEUX BALLET D'OCTOBRE

cauhape.jpgDégustation : Séduisant, frais et vif, le nez offre une douce caresse de parfums exotiques et d'agrumes, mêlée à de belles notes de fruits pulpeux. La bouche, onctueuse et équilibrée, libère une farandole de gourmandises qui voltigent sur des saveurs de litchis, pêches de vigne, abricot

Vendange de gros manseng, c'est un vin féminin à la bouche onctueuse et équilibrée présentant un véritable défilé de gourmandises
Un exercice de style qui vous enchantera à l'apéritif.

Terroir : Argilo-siliceux, exposé au sud-est.

Cépage : Gros manseng vendangé très mûr à la fin du mois d'octobre.

Vinification : elle se déroule en barriques de 3 à 4 ans.

Elevage : 10 mois

Garde : dégustation dans les cinq ans pour la richesse aromatique du vin

Accompagnements :
Apéritif
Terrine de foie gras       Cuisine sucrée salée
Poulet rôti
Profiterolles aux fraises
Les tartes comme par exemple la tarte au citron  
Les charlottes aux fruits

04/03/2010

Apéritif d'Henri IV - Jurançon

APERITIF D'HENRY IV 2008 puis 2009

 

PRODUCTION

Un hiver dans la tradition, un printemps humide puis un été assez chaud et enfin un automne chaud, sec, marqué par le vent du Sud ont donné des raisins à gros potentiel d’arômes et de sucre. Les raisins les plus sains, les plus dorés ont été cueillis début octobre, égrappés, pressés modérément et vinifiés à basse température.
Le résultat est étonnant !

DEGUSTATION

ROBE : Or pâle aux reflets argentés.

NEZ : Intense aux arômes d’agrumes (orange) de fruits à chair blanche et de fruits exotiques.

BOUCHE : Attaque vive et fraîche aux arômes très caractéristiques de pêche, poire et de fruits exotiques (ananas, mangue).

VIN À BOIRE JEUNE (dans les 2 années qui suivent la récolte) POUR PROFITER DE SON FRUIT FRAIS ET CROQUANT.


Á CONSOMMER ENTRE 8° et 10°

100_3093.JPGA l’apéritif où il accommode tous les toasts

Essayez-le sur : - des cassolettes de moules et crevettes

                          - Foie gras

                          - Saumon Fumé

                          - Omelette aux cèpes

                          - Poulet grillé

                          - avec tous les fromages... et les chocolats

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu