Avertir le modérateur

22/01/2011

Histoire du vêtement Pyrénéen


lin cultivé sur une parcelle réservée, laine et cuir des moutons, bois pour les sabots...
Collection Musée Pyrénéen Lourdes


Collection Bibliothèque de Toulouse

HISTOIRE DU VETEMENT

...Les vêtements des habitants des Pyrénées,
fabriqués artisanalement à partir des ressources locales (laine, lin, chanvre) étaient adaptés aux conditions de la vie.
Echanges commerciaux et fréquentation des Pyrénées par curistes et touristes ont introduit le coton, la soie pour les plus riches et la prise en compte de la mode “parisienne”..."

LES DIFFERENTS COSTUMES

Mariage sortant de l'église - Lithographie de Maurice 1850

Hommes et femmes portaient communément des guêtres en laine, tricotées ou tissées, parfois des bas tricotés (blancs ou de couleurs variées).
Abarques, sabots, sandales, suivant la saison (et le niveau social) chaussaient hommes et femmes.

Les dessins ou lithographies les représentent parfois pieds nus. Les souliers ont été longtemps réservés aux jours de fête. Les hommes ont porté la culotte à pont, de couleur foncée, remplacée progressivement à partir de la Révolution par le pantalon. Ils enroulaient une large ceinture de lainage rouge, bleue, noire autour de leur taille.

Le gilet (en tissu uni ou bicolore, ou tricoté) était complété par une veste courte et ample (même tissu de laine que le pantalon ou tricotée). Dans la plaine, le port de la "chamarre", ample blouse de toile unie ou rayée s'est répandu (marchés, sorties non cérémonieuses...). Le long bonnet, la barétine (en laine tricotée ou tissée) s'est raccourci (genre bonnet phrygien), puis a laissé place au béret.


Les vêtements,
malgré des textiles et une conception générale commune, ne donnaient pas d'impression d'uniformité. Différences de conditions de vie et de travail étaient perceptibles dans la qualité des étoffes, la longueur des "jupons" ou robes, un ajustement plus ou moins recherché, les dentelles, les rubans, les bijoux.

Superposition de "jupons" rayés ou unis associés à un "casabet" avec ou sans manches, permettaient aux femmes de s'adapter aux conditions climatiques et autres travaux effectués. La robe pouvait se relever à l'avant et se fixer à l'arrière. Un grand tablier protégeait la robe ou le "jupon". Châles et "mouchoirs de cou" s'ajoutaient.


Les chemises
longues en toile blanche (lin ou coton), utilisées le jour et la nuit par tous, s'ornaient plus ou moins de plis, broderies (et dentelles pour les femmes). A partir du XIXème siècle, elles ont coexisté avec chemises courtes et pour les femmes jupons et culottes fendues.

Aux coiffes en lin, coton ou mousseline, parfois richement brodées et ornées de dentelles, s'est substitué le "mouchoir de tête" savamment noué. Le "capulet" reste indissociable du vêtement traditionnel féminin de notre région..." (Entar Dançar Bigorra, F.O.L des Hautes-Pyrénées)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu