Avertir le modérateur

28/01/2011

Tissu des Pyrénées

PYRENE, LE SAVOIR FAIRE DES ARTISANS

Les secrets du tissu des Pyrénées

C'est à la fin du XIXe siècle qu'apparaît le tissu des Pyrénées dans la vallée de Bagnères-de-Bigorre, constitué de laine tricotée à la main par les femmes, puis frottée avec des chardons par les hommes durant les longues soirées d'hiver.

Devant le succès rencontré par cette nouvelle matière, des industriels s'y intéressent et les usines vont fleurir. Au total 2.000 emplois seront créés. Le tissu des Pyrénées restera localisé durant toutes ces années. Une seule usine, aujourd'hui, perpétue la tradition, à Cieutat : la nouvelle société du Val d'Arize, créée en 1978 par M. Lopez, reprise aujourd'hui par William Lopez et sa compagne Nicole Aznar. Une passion et un savoir-faire qui se transmettent de génération en génération.

Comment fait-on aujourd'hui un tissu des Pyrénées chez Val d'Arize ? Tout commence par l'ourdissage. II s'agit de préparer les fils de chaîne du tissu pour les monter ensuite sur les métiers à tricoter. Pour une pièce unie de 1,70 m de laine, 1.700 fils sont ainsi tendus et enroulés sur des rouleaux métalliques souples.

Vient alors le tricotage. Il est pratiqué selon le système Rachel, savant mélange de tissage et de tricotage. Cette combinaison des deux techniques confère au tissu solidité et souplesse. Les fils de trame sont alors entremêlés aux fils de chaîne.

Enfin, le grattage. C'est sur une laineuse ou gratteuse que ce tricot devient tissu des Pyrénées. Les rubans métalliques industriels employés à la place des anciens chardons naturels permettent d'obtenir une étoffe épaisse et pourtant légère, douce au toucher. « L'entreprise reste familiale, explique William Lopez, nous employons une douzaine de salariés et exportons dans le monde entier. Notre priorité, c'est la qualité et non le rendement. Ce tissu des Pyrénées reste unique car il vous réchauffe quand vous avez froid… et vous garde au frais quand vous avez chaud. »

(la dépêche)

 

Tissu des Pyrénées made in Bagnères

confection

Une belle activité dans l'atelier./Photo S.P.
Une belle activité dans l'atelier./Photo S.P.
Une belle activité dans l'atelier./Photo S.P.

Depuis plus de 30 ans, la société Val d'Arizes produit du tissu des Pyrénées. C'est le dernier atelier de confection sur le secteur de Bagnères-de-Bigorre et qui exporte partout en Europe.

De nombreux ateliers de confection existaient encore à Bagnères-de-Bigorre et dans la vallée, il y a une vingtaine d'années. Aujourd'hui, un seul reste, la société Val d'Arizes installée à Cieutat. Ici, ce sont 35 salariés qui tissent et tricotent la laine depuis plus de trente ans pour fabriquer le tissu des Pyrénées, matière unique, authentique et naturelle. Tricoté dans ces ateliers, à partir des laines les plus fines, ce tissu est apprécié et reconnu pour ses nombreuses qualités : chaleur, douceur, légèreté, bien-être et confort. Leur savoir-faire, mélange de technicité et d'artisanat, fait du tissu des Pyrénées une matière unique, authentique, naturelle, de fabrication française. C'est à la fin du XIXe siècle qu'apparaît ce tissu dans la région de Bagnères-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées. À l'origine, la laine était tricotée à la main et grattée avec des chardons naturels pour obtenir un tissu gonflant. Devant le succès rencontré par cette nouvelle matière, des industriels s'y intéressent et créent quelques usines. La diffusion des produits restera cependant essentiellement locale, d'où la dénomination : Tissu des Pyrénées. Val d'Arizes, entreprise de dimension humaine, use, depuis plus de trente ans, de tout son professionnalisme pour répondre et s'adapter aux attentes de sa clientèle. Ses maîtres mots : service, qualité, réactivité.

Mme Aznar, directrice du Val d'Arizes, nous explique : « Aujourd'hui, Val d'Arizes diffuse ses vêtements sur toute la France et exporte principalement sur l'Europe, par le biais de boutiques de lingerie, de linge de maison, merceries bonneteries, magasins traditionnels… Dotés de métiers perfectionnés, nous utilisons tout notre savoir-faire pour exploiter les qualités de la laine sans la martyriser. Nous la tissons, tricotons, grattons, bichonnons dans nos ateliers au pied des Pyrénées. Et parce que nous utilisons les plus belles laines, mouton mérinos et alpaga, nos tissus tiennent leurs promesses. Les collections sont également créées et confectionnées dans nos ateliers. Les modèles se déclinent au féminin et au masculin, dans une large palette de coloris réalisés dans un total respect de l'environnement avec des colorants aux normes européennes. En tissu des Pyrénées ou en tricot : vestes, robes de chambre, ponchos, écharpes…, plaisir d'un bien-être et d'une chaleur naturelle et unique pour une activité confortable ou la quiétude du cocooning. » (La dépêche 06/01/2011)

13/01/2011

Laine des Pyrénées, en montagne

R

PYRENE, LE SAVOIR FAIRE DES ARTISANS

 

Le pastoralisme dans les Pyrénées

 

Le pastoralisme dans les Pyrénées n'est pas unifié. C'est une mosaïque de coutumes, de méthodes, de cultures très diversifiées d'un bout à l'autre de la chaîne et du Nord au sud. Une diversification qui peut être très importante d'une vallée à l'autre selon que l'on fait du fromage ou non, telle ou telle espèce de brebis, du bovin ou de l'équidé, etc…
Le Pays-Basque n'est pas comparable à la Catalogne qui sont encore très différents de la Bigorre ou de l'Aragon.

 

 

Les diverses races d'animaux d'élevage dans les Pyrénées

 

Contrairement à ce que certains tentent de faire croire, la montagne pyrénéenne n'est pas et n'a jamais été un espace sauvage depuis de nombreux siècles. Elle est espace de vie où s'est développée une intense activité agricole et d'élevage tout comme le pastoralisme avec les régions proches dans le cadre des transhumances.
Cette activité, différente d'une vallée à l'autre et selon que nous nous situons au Nord ou au sud des Pyrénées a conduit l'homme a sélectionné, pour ses besoins, des espèces animales d'élevage adaptées à l'espace de vie.

Les besoins sont différents d'un lieu à l'autre mais ils peuvent être classés en deux grandes catégories : besoins alimentaires et besoins d'outils de travail.

 

aces à viande

Tarasconnaise


Origine :
Des troupeaux de race syrienne arrivés avec les invasions orientales. Puis des races Mérinos métissèrent le cheptel.
Aptitude : Race rustique de montagne. Maternelle.
Cheptel : environ 15 000 brebis pour 55 éleveurs.


Castillonnaise


Origine :
Se trouve en zone limitrophe d l'Ariège et de la Haute Garonne. Issue de moutons primitifs pyrénéens.
Aptitude : .Race de montagne qui s'adapte à tous contextes d'élevage.
Cheptel : A failli disparaître dans les années 1975. Effectif total : environ 2500 brebis dont 1900 en sélection pour 16 éleveurs.

Particularité : Tête et membres roux


Aure et Campan


Origine :
La race pyrénéenne la plus imprégnée de sang Mérinos jusque dans les années 1800. Se trouve sur 4 zones des Hautes-Pyrénées : vallée d'Aure (Saint-Lary), vallée de Campan (Haut Adour), région du Nistos et les Baronnies.
Aptitude : Race de montagne. Maternelle.
Cheptel : environ 25 000 brebis en 1980 - 10 000 brebis en 2000. En sélection seulement 1500 brebis pour 10 éleveurs.


Barègeoise (AOC Barèges-Gavarnie)


Origine :
Se trouve exclusivement sur le Canton de Luz (Pays-Toy anciennement la bath deth Barège). Elle est apparentée à la race lourdaise mais mieux conformée. C'est une race trés localisée par son isolement géographique avec une conduite d'élevage très spécifique.
Aptitude : Race de haute montagne (été / hiver). Maternelle.
Cheptel : Effectif total de la race : 4000 brebis dont 2800 en sélection pour 20 éleveurs environ..


Lourdaise


Origine :
Se trouve exclusivement sur les Canton d'Argelès-Gazost, Lourdes et Bagnères de Bigorre. Elle est apparentée au groupe béarnais mais a bien résisté aux infusions de sang Mérinos. Cette race a failli disparaître récemment.
Aptitude : Race de montagne, grand gabarit, rustique, trés maternelle (docile et calme).
Cheptel : Effectif total de la race : 900 brebis dont 600 en sélection pour 12 éleveurs

15/10/2010

Laine Mérinos

PYRENE, LE SAVOIR FAIRE DES ARTISANS


Mérinos

 

Étymologie

On accepte communément deux origines pour le mot espagnol :

  • Merino viendrait du terme castillan merindad désignant une parcelle de terre en Espagne médiévale. Le merino, l'inspecteur chargé de contrôler le terrain, était également en charge de recenser les moutons, et pourrait leur avoir légué son appellation.
  • Merino tirerait son origine du nom d'une tribu berbère, les Mérinides ou Bénî Marid (en castillan, Benimerines) qui vint au secours du royaume de Grenade durant les XIIIe siècle XIVe siècle.

Le terme mérinos désigne plusieurs variété de race ovine.

Production lainière

L'espèce des mérinos est championne du monde de la production lainière.

Histoire

Le Mérinos, de la race "Don Pedro" fut importé d'Espagne en Amérique par éleuthère Irénée du Pont de Nemours en avril 1801 àWilmington, Delaware, où il a fondé la société qui deviendra la multinationale Dupont et qui élevait alors des mouton, en privilégiant la race mérinos. Le bélier espagnol a servi alors pour féconder des brebis et la laine cultivée à wilmington s'est améliorée. Les moutons seront ensuite transférés à Horn Point, sur les côtes sud du comté de Dorchester dans le Maryland.

Son père, Pierre Samuel du Pont de Nemours était le président de la commission nommée par le gouvernement français pour sélectionner les meilleurs mérinos d'Espagne et les ramener en France. Quatre d'entre eux furent envoyés aux États-Unis, dont un était destiné au président Thomas Jefferson, qui s'intéressait au développement du marché de la laine depuis 1794, car il souhaitait que le pays puisse résister à l'emprise du coton britannique, qui s'imposait partout grâce au succès des premiers entrepreneurs du coton britannique. Trois des quatre moutons périrent en route, mais le dernier rendit les services espérés.

Un citoyen de Boston, William Foster, en avait importé dès 1794 de Cadix.

En 1802, c'est un ami de leurs amis, l'ambassadeur américain à Paris Robert Livingston qui importe deux moutons de l'école vétérinaire de Chalons vers sa propriété de l'hudson, le capitaine du navire estimant avoir accompli un acte patriotique, car le mouton permettait de lutter contre l'Angleterre.

 

-Robe d'hotesse zipée laine mérinos

-Manteau capuche laine mérinos

-veste torsades laine mérinos

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu