Avertir le modérateur

19/10/2010

Récolte 2010 Irouléguy

CAVES D'IROULEGUY : L'ANNEE SERA FRUITE

 

 

Alors que la récolte des rouges démarre, les blancs ont déjà commencé à être rentrés. Depuis le début de la semaine dernière, la commission vendange de la cave d'Irouléguy passe dans les vignes de ses adhérents pour estimer la quantité et la qualité de la vendange 2010. Elle a ainsi dégusté tous les raisins prélevés dans 200 parcelles. Xavier Pierre et Christophe Larouquis, respectivement directeur et oenologue de la Cave, donnaient les premiers résultats de cette estimation : « Cette année, confirmait Christophe Larouquis, la quantité sera dans la moyenne, comparée aux dernières où les rendements étaient faibles. Sur la qualité, on retrouve de beaux raisins, grâce aux conditions météorologiques favorables depuis la fin août ». Les blancs s'annoncent bien et les rouges offrent une acidité assez faible, signe de bonne maturité.

Des raisins aromatiques
Xavier Pierre est rassuré : « On craignait que la grêle du mois de juillet ait eu de lourdes conséquences, mais ce sera plus limité qu'on ne le pensait ». Comme les raisins sont aromatiques, cela laisse présager une qualité de vin intéressante au niveau du fruit. Les premiers blancs ont été rentrés en fin de semaine dernière et la récolte des rouges débutera ce début de semaine. Malheureusement la production de raisin biologique sera la seule qui sera faible, du fait de l'impact de la grêle sur les parcelles concernées. Cependant la volonté de développer la culture biologique reste vivace, car comme le précisait Xavier Pierre : « L'année prochaine, la production devrait sensiblement augmenter avec un triplement de la surface et la cave espère sortir son premier blanc bio ». - Peio Erramouspé

03/02/2010

Irouleguy

120px-Irouleguy_Vignoble.jpgHistoire :

C’est vraisemblablement avec l’occupation romaine que la viticulture est apparue au Pays Basque, au IIIème siècle, accompagnée du mot " Migna " (" vigne " en basque).

 Le vignoble d'Irouléguy est situé dans le département des Pyrénées-Atlantiques, du nom d'Irouléguy, petit village basque de la Basse-Navarre.Son nom en basque est Irulegiko arnoa.

Il s'agit de l'un des plus petits vignobles de France, le seul du Pays basque nord.

 Au XIIème siècle, les moines de l’Abbaye de Roncevaux implantèrent un vignoble autour des prieurés d’Irouleguy et d’Anhaux. Le vin qui en était issu apportait du réconfort aux pèlerins en chemin pour St Jacques de Compostelle.

Le vignoble connût un fort développement à partir du XVIème siècle, sous l’impulsion du Vicomte d’Urdos.

 

Vers 1850, il produisait de quoi donner des forces à l’ensemble de la population ouvrière du bassin. Le vin d’Irouleguy était également expédié du port de Bayonne à destination de l’Allemagne, de l’Angleterre et des Pays-Bas.

Au début du XXème siècle, dans les cantons de Saint Jean Pied de Port et de Saint Etienne de Baigorry, le vignoble s’étendait sur près de 1700 ha.

Malheureusement, le phylloxera, l’arrêt de l’activité minière et le manque de bras pour vendanger suite à la 1ère guerre mondiale eurent raison d’une grande partie du vignoble

La réputation du vin demeura cependant intacte, ce qui lui valut de figurer sur un menu de réception du Président Poincare, et en 1922 dans l’ouvrage " La France Gastronomique ", de l’écrivain gastronome Curnonsky. 

Le premier syndicat de défense des vins d’Irouleguy fut créé le 17 décembre 1945 sur les communes de St Etienne de Baigorry, Anhaux et Irouleguy . Il obtint la mention " appellation Irouleguy ", déjà utilisée depuis quelques années par quelques viticulteurs de cette commune.

Cette étape marqua le début du renouveau du vignoble, qui franchit une nouvelle étape en 1952, avec la création de la Cave d’Irouleguy.

Dans la foulée, les vins d’Irouleguy obtinrent l’Appellation VDQS le 23 janvier 1953.

 

En septembre 1963 l’aire géographique des vins d’Irouleguy fut étendue sur 6 communes supplémentaires.

Les vins d’Irouleguy accédèrent à l’AOC, le 29 octobre 1970.

Grâce à cette reconnaissance et au travail sans relâche des viticulteurs, le succès des vins d’Irouleguy alla croissant.

Entre 1980 et 1995, une nouvelle génération reprit le flambeau, et les surfaces en plantation triplèrent, redonnant vie aux flancs escarpés du Jara et de l’Arradoy avec des vignes en terrasses.

 

 vignoble_carte irouleguy.gif

Une nouvelle extension de la zone d’appellation intervint en 1995, avec l’inclusion de 6 nouvelles communes, donnant à l’aire d’appellation ses contours actuels.

Depuis, les surfaces en plantation progressent à un rythme plus paisible, laissant à l’appellation le temps de conforter sa place dans le paysage viticole français et international.

 

 

 

 

 

 

Les cépages :

En rouge et rosés, les vins sont à base de tannat, cabernet franc et cabernet sauvignon.

Les vins blancs sont issus de courbu blanc, de petit manseng et gros manseng.

 

 - LES CEPAGES NOIRS (environ 90% des surfaces de l’appellation) : 

 

   * CABERNET FRANC (Axeria, "Le renard" en basque) : présent depuis plusieurs siècles dans le vignoble, ce cépage, qu'on retrouve un peu partout en France et dans le monde, se caractérise par ses feuilles vert foncé finement découpées, et ses petites grappes.Peu productif, il apporte finesse et élégance aux vins, et se caractérise par des arômes de fruits rouges et de foin.

Son nom basque s’explique vraisemblablement parce qu’il est particulièrement apprécié de l’animal.

 

   * CABERNET SAUVIGNON : D’introduction récente dans le vignoble d’Irouleguy, ce cépage est répandu en France et dans le monde. Sa maturité tardive ainsi que sa faible productivité en font un cépage marginal dans l’appellation.  

D’aspect très proche du Cabernet Franc, ce cépage, très riche, apporte à la fois structure et volume aux vins, avec des arômes de cassis et parfois de piment.

 

   * TANNAT (Bordelesa Beltza " le bordelais noir " en basque) : Présent depuis plusieurs siècles dans le vignoble, d’où il est originaire, ce cépage est spécifique à l’extrême Sud-Ouest de la France. Il représente la majorité des surfaces de raisins noirs de l’appellation, malgré sa peau fine qui le rend fragile face aux maladies. Ses grandes feuilles légèrement gaufrées, ses grappes longues et parfois ailées le rendent facile à identifier.

D’une productivité assez régulière, il confère aux vins la structure, la puissance caractéristiques des Irouleguy, ainsi qu’un degré généralement élevé et un potentiel de garde important. Il apporte également des arômes de fruits rouges et noirs, de fleurs, et parfois des notes de café et de réglisse au bout de quelques années de vieillissement.

 

 - LES CEPAGES BLANCS (environ 10% des surfaces de l’appellation) :

 

   * GROS MANSENG (Izkiriota Haundia en basque) : Cépage typique de l’extrême Sud-Ouest de la France, il représente la majeure partie des surfaces de raisin blanc de l’appellation, dans laquelle il existe depuis plusieurs siècles.  

Présentant des feuilles peu découpées, et des grappes lâches à petits grains, il apporte aux vins sa fraîcheur, son gras, et ses arômes d’agrumes caractéristiques.

 

   * PETIT MANSENG (Izkiriota Ttipia en basque) : Présent dans le Sud-Ouest depuis plusieurs siècles, quasiment exclusivement dans les appellations Jurançon, Pacherenc du Vic-Bilh et Irouleguy, il a une apparence très voisine de son cousin le Gros Manseng, dont il se distingue par des grappes et des grains plus petits, et par une productivité beaucoup plus faible.

Cépage le plus tardif de l’appellation Irouleguy, c’est l’un des plus riches, qui amène beaucoup de volume, de degré aux vins, avec des arômes de fruits exotiques, de pêche et d’acacia.

 

   * COURBU (Xuri Zerratia, « le blanc serré » en basque) : Cépage peu répandu dans l’appellation, où il est pourtant présent depuis plusieurs siècles, on ne le retrouve quasiment nulle part ailleurs en France. Comme son nom basque l’indique, il présente des grappes serrées, qui viennent à maturité bien avant celles des autres cépages blancs, en même temps que les cépages rouges.
Très fragile, ce cépage présente un intérêt certain, de par la finesse et l’onctuosité qu’il apporte aux vins, accompagnées par des notes aromatiques souvent minérales.

 

Culture et productivité :

Le vignoble d'Irouleguy est l'un des plus petits de France, constitué de parcelles morcelées et implantées à flanc de montagne, le plus souvent en terrasses.

Les vignes sont cultivées en hautains, sur des palissages, ce qui permet de limiter les risques de gel printanier. On trouve encore quelques rares vignes cultivées en treilles, autrefois très répandues.

La méthode de taille utilisée est la taille Guyot, simple ou double.

 

La productivité du vignoble est faible.

Le décret d'appellation autorise des rendements de 50 hectolitres par hectare en rouge et rosé, et 55 hectolitres par hectare en blanc, mais le niveau de production moyen se situe aux alentours de 40 hectolitres (soit 5 000 boutielles) par hectare, et dépasse même à peine 30 hectolitres par hectare certaines années.

Grâce au microclimat et au terroir spécifiques du vignoble, et aux cépages originaux qui y sont implantés, les vins d'Irouléguy présentent un caractère affirmé, alliant puissance et générosité.

 

Les rosés et les blancs, éclatants de lumière, allient parfum et fraîcheur, alors que les rouges laissent au temps le soin de transformer leurs tannins en  arômes de mûres, de réglisse, ou de violette.

 

La faible productivité, et le soin apporté par les viticulteurs permettent aux vins d'Irouléguy d'être régulièrement distingués, par la presse professionnelle comme lors des plus grands concours français et internationaux.

 

Les vins :

   * 100_2680.JPGGorri d'Ansa : vin rouge

 

  

 

 

 

 

 

* AnderenaM.jpgAnderena : vin blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu